Category Archive Uncategorised

ByEditor

RAPPORT DE L`ETAT DES LIEUX DES DEGATS CAUSES PAR LE DEBORDEMENT DE LA ZONE HUMIDE NYANGARA EN TERRITOIRE D`UVIRA EN DRC

RAPPORT DE L`ETAT DES LIEUX DES  DEGATS CAUSES PAR LE DEBORDEMENT DE LA ZONE HUMIDE NYANGARA EN TERRITOIRE D`UVIRA EN DRC

Introduction 

DEED, dynamique entrepreneuriat environnement et développement une association à but non lucratif ayant son siège national dans la ville de BUKAVU dans la province du Sud–Kivu ayant comme mission de promouvoir des initiatives de développement vert à travers l’entrepreneuriat  rural durable en province du Sud-Kivu et la RDC  avec une vision de rendre un monde rural où le professionnalisme des entrepreneurs ruraux travaillant la terre est promu à travers  des initiatives de développent durable fondé sur la gestion durable de l’environnement. C’est ainsi que vu sa mission et sa vision, après avoir remarqué les dégâts énormes causés par l’inondation de NYANGARA qui a provoqué la destruction et perte des biens, DEED asbl a organisé une mission d’évaluation  pour ressortir l’état de lieux de cette situation beaucoup plus désastreuse.

Emplacement de la zone humide NYANGARA.

Cet étang se trouve à Kilomoni dans le territoire d’Uvira province du Sud-Kivu à côté de la route allant vers Bujumbura  d’où il est très proche de la frontière BURUNDI-RDC/Uvira.

La période d’inondation du NYANGARA

Cette inondation est plus grave pendant la saison pluvieuse et surtout c’est au mois de septembre jusqu’au mois d’avril de chaque année, particulièrement les quatre dernières années cet étang fait plus de dégâts. Cause de cette inondation

La vraie cause de cette inondation est la pluie surtout plus aggravée par le débordement  de trois rivières (Rusizi, Kiliba et Kawizi) qui une fois en inondation versent  une très grande quantité d’eau dans la zone humide qui, à son tour fait rage dans le milieu suite au débordement.

Estimation de dégât inventorié par la population de kilomoni I et II pour ces 4 dernières années 

N QUARTIER 2014-2015 2015-2016 2016-2017 2017-2018 TOTAL 
1 KILOMONI I 25        MAISONS DETRUITES.  36       MENAGES DEPLACES  45          CHAMPS ENDOMMAGES  24        MAISONS DETRUITES. 38       MENAGES DEPLACES  40                 CHAMPS ENDOMMAGES 27        MAISONS DETRUITES.  31                 MENAGES DEPLACES 38                 CHAMPS ENDOMMAGES MAISONS DETRUITES. 14 MENAGES DEPLACES CHAMPS  ENDOMMAGES 94 MAISONS DETRUITES. 119  MENAGES DEPLACES 142

E-mail : deedasbl2015@gmail.com /Coopec CAHI 24786

Un défi permanent pour un monde vert

            CHAMPS ENDOMAGES
2 KILOMONI II 21       MAISONS DETRUITES 30                 MENAGES DEPLACES 26                 CHAMPS ENDOMMAGES 19       MAISONS DETRUITES 23                 MENAGES DEPLACES 44                 CHAMPS ENDOMMAGES 17       MAISONS DETRUITES 22                 MENAGES DEPLACES 41                 CHAMPS ENDOMMAGES 13       MAISONS DETRUITES 22MENGES DEPLACES 18                 CHAMPS ENDOMMAGES 70       MAISONS DETRUITES. 97                 MENAGES DEPLACES 129                 CHAMPS ENDOMMAGES
  TOTAL       164 MAISONS DETRUITES. 216 MENAGES DEPLACES 271      CHAMPS ENDOMAGES

NB. Signalons que ces données dans ce tableau sont offertes par les chefs des différents avenus et étaient vraiment imaginaires car ils n’ont pas  fait une identification réelle, suivant cette même source ils entendent les dégâts le plus grave encore vers le mois d’avril comme il est d’habitude.

Conséquences

Destruction des champs surtout de RIZ et MAÏS, plusieurs maisons détériorées ou dégradées et la population résidente de ces maisons submergées par cette inondation se sont tous déplacé pour se réfugier dans des églises proches et les autres dans les écoles et si c’est une période scolaire ils doivent rester dans l’aire toute la journée pour profiter seulement où mettre la tête pendant la nuit après la sortie des élèves. 

Plusieurs biens détruits et perdus d’où la majorité de cette population victime de cette inondation vivent sous des conditions très  horribles car même, ils n’ont pas les matériels de cuisine, pour se faire il faut faire la mendicité pour répondre à leur besoin alimentaire.   

La cuisine se fait en plaine aire et manger dans des conditions vraiment difficiles avec tous les risque d’attraper les différentes maladies comme le choléra, kwashiorkor…

Suite aux pertes régulières d’énergie fournie aux activités des champs pour ne rien produire, une grande partie de la population surtout les jeunes ont abandonné les activités champêtres au retour tous ceci créent une pauvreté, l’insécurité alimentaire et les jeunes par manque d’occupation s’intègrent dans les groupes armés volent la population dans des maisons et créent des pièges dans des routes pour piller les voyageurs.

Proposition des solutions   

Construire un mur en béton protégeant la surface d’habitation, l`espace des cultures et le lit de cette zone humide.  Faire un canal d’évacuation d’eau de NYANGARA vers le lac. 

Difficultés rencontrées 

Au début de notre échange sur l’état de lieu de l’étang NYANGARA,  les chefs d’avenu ne donnaient  pas les éléments avec zèles soit disant que plusieurs organisations  y passent sans qu’il y ait une suite favorable.

Nous avons éte reçu difficilement par les chefs d’avenue delà du fait que nous n’avions aucun identifiant.   

Suggestion 

Si possible il serait utile de prévoir des cartes de service et chaque fois accompagné d’un ordre de mission de  DEED asbl lors d’une descente sur terrain, en fin de bien vouloir nous faciliter nos tâches  au terrain.

Conclusion

Notre descente sur les terrains était bien passée et nous avons été bien reçu par la communauté malgré ces difficultés ci-haut signalées, après échange  les chefs d’avenus contactés ont compris que nous sommes venu faire un état de lieu et non un projet ou une solution immédiate au problème existant, plutôt que ce sont les plaidoyers qui seront menés après avoir connu la situation réelle de cette zone humide NYANGARA. 

                                                                                                                                 Fait à uvira le 22/01/2017

                                                                                                                   DEED asbl

ByEditor

Assemblée générale : ATD Quart Monde face aux défis du monde actuel

Le Mouvement international ATD Quart Monde a tenu son Assemblée Générale annuelle et réunit son Conseil d’administration, le 11 Mai 2019, avec une quarantaine de membres. Des délégués et présidents d’associations ATD Quart Monde nationales sont venus d’Allemagne, Brésil, Burkina Faso, Canada, États-Unis, France, Guatemala, Haïti, Irlande, Pérou, Pologne, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Suisse, Tanzanie et Thaïlande. Plusieurs invités issus des milieux universitaires et des institutions internationales (Banque mondiale, OCDE, PNUD) étaient également présents pour découvrir les priorités d’action du Mouvement ATD Quart Monde et partager leur point de vue.

Isabelle Pypaert Perrin, déléguée générale, a rappelé l’importance de cet espace dans la vie du Mouvement :

  • « C’est un temps très important car c’est ici que des personnes offrent une sécurité au mouvement ATD Quart Monde afin de comprendre les grands enjeux dans le monde, cerner les opportunités et les risques. C’est un lieu d’éclairage de ce que doit être notre Mouvement dans le monde. »

L’Assemblée Générale a permis de saisir les enjeux et les défis auxquels ATD doit faire face aujourd’hui. Cela concerne le développement du Mouvement au niveau régional et international à travers la collaboration avec les institutions mais aussi l’équilibre des comptes financiers.

Tour d’horizon des actions du Mouvement dans quelques pays

Plusieurs participants ont souligné la complexité de mettre en œuvre des actions en raison du contexte auquel ils font face au sein de leurs pays. Béatrice Epaye, de la République Centrafricaine, a par exemple expliqué la situation politique difficile du pays, toujours en proie à la violence. Plusieurs interventions ont également souligné la situation d’autres pays : la lourdeur administrative en Pologne, le problème d’accès aux soins en Irlande, la corruption et les phénomènes migratoires dans plusieurs pays d’Amérique latine comme le Pérou et le Guatemala. Les catastrophes naturelles telles que les cyclones au Zimbabwe, Mozambique, Madagascar qui rendent la situation d’autant plus difficile pour les populations les plus vulnérables qui ont le moins de moyens pour y faire face.

L’une des fortes recommandations qui ressort de ces prises de paroles est d’inclure davantage les jeunes au sein du Mouvement. Ils sont d’ailleurs déjà énormément actifs dans plusieurs pays comme au Guatemala où ils animent des bibliothèques de rue. En Centrafrique, 24 jeunes ont été formés en tant que médiateurs socio-culturels dans le cadre d’un partenariat ciblé entre le Mouvement et des agences de promotion de la jeunesse.

Au sein des institutions internationales

Quyen Tran et Geneviève Tardieu, responsables du secrétariat des Relations Internationales ont fait le bilan des actions du Mouvement au sein des institutions internationales. Geneviève Tardieu a d’abord souligné :

Depuis des années, ATD Quart Monde a pu impliquer de nouveaux partenaires dans cet engagement de ne laisser personne de côté. Au cours de la commission sociale de développement à New York, le Mouvement a présenté l’importance des socles de protection sociale. En effet, ATD a beaucoup contribué aux travaux du Conseil des Droits de l’Homme. « La visite à Montréal du rapporteur de l’ONU dans le cadre du projet EQUIsanté est énormément encourageante dans la poursuite de notre collaboration avec les instances onusiennes en terme de droits humains. Cet événement a permis aux militants de témoigner et partager les difficultés auxquelles ils doivent faire face pour se faire soigner. »

Lors du 17 Octobre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, António Guterres, le Secrétaire Général des Nations Unies a participé à la commémoration officielle à l’ONU à New York. Il a insisté sur le fait que la pauvreté n’était pas inévitable et a ajouté : « ce n’est pas un état naturel qui existe ou se reproduit, mettre un terme à la pauvreté n’est pas une question de charité mais une question de justice »

Concernant l’Agenda 2030, Quyen Tran a rappelé les actions de plaidoyer dans le domaine de la justice climatique.

  • « Les personnes vulnérables sont les plus affectées par les dérèglements climatiques alors qu’elles en sont les moins responsables et ont le moins de moyens de s’en protéger.

Notre souhait est que les accords environnementaux contiennent une obligation sur les droits humains pour protéger les populations vulnérables. Nous restons vigilants pour que les personnes en situation de pauvreté bénéficient d’emplois créés par la transition verte pour établir une économie respectueuse des personnes et de la terre. »

Le rapport moral 2018 adopté

L’assemblée a également procédé au vote du rapport moral pour l’année 2018 ainsi qu’à la présentation et à l’approbation des comptes financiers de 2018 du Mouvement international. La nouvelle stratégie financière d’ATD y a été exposée : poursuivre les bonnes pratiques pour maintenir l’équilibre financier et trouver des nouveaux donateurs et des nouveaux partenariats.

Téléchargez le rapport international en cliquant sur l’image ci-dessous :

Présentation des nouveaux engagements communs d’ATD Quart Monde

Bruno Dabout, délégué général adjoint, a présenté les priorités pour les prochaines années : la participation des personnes vivant dans la pauvreté, l’éducation, la recherche d’une société qui respecte les personnes et la terre, et la construction d’un mouvement militant qui permet à des personnes de s’y engager durablement.

Prise de parole des invités

L’Assemblée Générale a été également l’occasion pour plusieurs invités de partager leurs réactions concernant la Conférence internationale à l’OCDE sur les résultats de la recherche sur les dimensions cachées de la pauvreté. Parmi eux, Robert Walker, Professeur à l’Université d’Oxford ayant co-dirigé les recherches avec Xavier Godinot, partage : « Ce que j’ai vu hier était extraordinaire. Nous avons vu une organisation influente comme l’OCDE ouvrir ses portes aux personnes ayant vécu une expérience directe de la pauvreté. C’était unique ! J’étais profondément étonné par le nombre d’organisations présentes, le FMI, la Banque Mondiale… J’ai vu un engagement massif pour identifier ces dimensions, faire en sorte qu’elles soient mesurables et qu’elles ne soient plus cachées.

  • Votre organisation m’impressionne pour cette capacité que vous avez à toucher à des sphères multiples partant des milieux les plus marginalisés aux institutions internationales. »

La professeure de l’Université de Makerere (Ouganda), Grace Bantebya-Kyomuhendo a conclu son intervention en soulignant sa volonté de poursuivre cette collaboration avec ATD et de rallier d’autres personnes à la cause : “Maintenant il faut continuer à aller de l’avant, à approcher plus vos partenaires, à faire en sorte que vos idées soient encore plus entendues et écoutées, et je vais vous trouver des amis !

NOUS LIRE EN ANGLAIS ET SWAHILI